Envoyer à un ami

Sur les traces du Lynx - Monténégro - du 19 au 28 aout 2021

Une expédition scientifique participative pour enquêter sur la présence de la sous-espèce de Lynx endémique des Balkans et la biodiversité (...) Voir descriptif détaillé

Sur les traces du Lynx - Monténégro - du 19 au 28 aout 2021

Une expédition scientifique participative pour enquêter sur la présence de la sous-espèce de Lynx endémique des Balkans et la biodiversité (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Jeudi 19 Aout 2021

Ça y est, tout le monde est bien arrivé au Monténégro, nous allons pouvoir commencer notre deuxième expédition de l’année sur cet animal emblématique que l’on appel si souvent le fantôme des forêts. Hugo est arrivé en avion et nous avons pu le récupérer à 14h30 sans soucis et cette fois ci ouf ! Le sac à suivi ! Lors de la dernière expédition, nous avions eu quelques soucis avec un sac qui n’avais pas fait la même escale que son propriétaire….

Une fois Hugo récupéré, nous avons rejoins la station du bus où nous attendaient Rémi et Amandine, tout les deux venu au Monténégro progressivement en utilisant bus, ferry et train.

Petit temps de pause dans un hôtel 3 étoiles vraiment très luxueux puis réunion en terrasse en buvant un jus de fruit local et fait maison. On en a profité, après s’être tous présentés, pour faire le point sur le planning de la semaine et sur la mission du programme « Lynx des Balkans ».

Puis nous sommes partis à pied pour rejoindre le restaurant dans lequel nous allons manger ce soir en passant par plusieurs petits recoins cachés de la capitale et en visitant quelques monuments emblématiques de la ville (Cathédrale de la résurrection du Christ, Pont Millénium, vestiges romains, Clock Tower….). Et par hasard nous nous retrouvons à faire de jolies observations de sterne (qui passaient trop vite pour qu’on puisse les identifier...), de cormoran pygmé et d’hirondelles rousselines ! Podgarica est une capitale étonnante et pour l’instant de nombreuses espèces d’oiseaux y trouvent encore leurs compte !

JPEGJPEGJPEG

On espère sincèrement que les montagnes seront plus fraiches que la capitale parce que pour l’instant la température est très élevée et si ça reste comme ça, ce ne sera pas l’idéale pour faire du dénivelé !

Et après un repas très copieux à « Lanterna », nous sommes rentrés à pied à l’hôtel. On ne traîne pas trop ce soir parce que demain matin nous avons un bus à prendre à 8h20 et que la semaine promet d’être chargée ! Mais tout le monde est content et cette expédition promet d’être fort agréable !

20 Aout 2021

Le taxi arrive pour nous amener à la station de bus. C’est l’heure du grand départ pour Plav dans un ancien bus français indiquant la destination de Massy Orly et un free wifi (aussi d’époque) inexistant forcément !

L’assistant du chauffeur a beaucoup d’humour, la route le long des gorges est magnifique, le temps passe vite ! Hugo rattrape quelques heures de sommeil, Amandine a fini son livre pendant que Rémi rêve du lynx. Dernier arrêt, tout le monde descend ! Nous prenons un verre en attendant notre chauffeur ; manque de pot plus de boissons locales, elles ont trop de succès. Le chauffeur arrive mais ce n’est pas celui que nous attendions. Après une vingtaine de minutes nous arrivons dans le parc national, puis après quelques secousses nous apercevons les katuns ; la répartition est vite faite puisque nous ne sommes que 4.

Nos hôtes nous accueillent avec un bon repas qui nous motive à partir dard dard explorer les environs pour prendre nos marques dans cette faune et flore variée qui nous fait tourner la tête ! D’ailleurs le manque de souffle nous rappelle aussi que nous sommes en altitude, il va falloir s’y habituer !

JPEGJPEGJPEG

Sur le chemin nous découvrons des espèces d’oiseaux avec de sacrés noms d’oiseaux c’est le cas de le dire ! Quoi de mieux qu’un casse noix moucheté pour arracher les écailles des pommes de pins. Un bec croisé pour avoir un bon levier pour casser les pommes de pins. De la buse, en passant par la grive, puis par le bouvreuil pivoine, le tétra et le pic épeiche, les oiseaux nous font lever le nez de nos pensées et nous en profitons pour apprivoiser la prise en main des jumelles. Dans une zone de tourbière tandis que nous ratons de peu ce que nous pensons être un lézard vivipare, les araignées, elles, sont plus dociles. Nous rencontrons entre autre l’araignée loup (lycoses), et l’épeire feuilles de chêne.

Nous arrivons à notre premier piège photographique. Vite, il faut l’ouvrir ! Nous espérons tous qu’il ait fonctionné, et qu’il nous prouve qu’il y a de la vie ! Instant de vérité : oui il fonctionne, il y a une bonne centaine de nouvelles vidéos en seulement deux mois ! Et quoi de plus incroyable que cette vidéo du renard dénichant une proie !

JPEGJPEG

Nous sommes ravis et rentrons juste pour la fin du coucher de soleil. On le verra mieux demain ; en attendant place au débriefing, à la douche (froide !) et au repos bien mérité.

21 Aout 2021

Ce matin nous rencontrons notre guide qui nous emmène tout droit sur un vieux piège que nous devons vérifier. La première cote nous réchauffe assez vite, ça y est le rythme est donné !

En chemin nous découvrons de nouvelles empruntes, et de nouvelles crottes. Nous apprenons la différence entre les papillons de jour et de nuit. Hugo trouve même une grenouille rousse très tranquille.

Nous mangeons plein de myrtilles en chemin. Après deux bonnes heures de marche nous arrivons au niveau du piège : un petit gâteau ? Ce n’est pas de refus !

Le piège fonctionne, mais peut être pas assez bien pour les prises nocturnes. Que fait-on ? Nous nous décidons à mettre un deuxième piège pour mieux couvrir la zone qui est un lieu de passage obligé pour les animaux qui viennent de la montagne juste derrière et qui a aussi l’avantage d’avoir une source d’eau. Nous allons le mettre en face du premier mais pas trop non plus pour ne pas avoir de doublons mais plutôt pour avoir une meilleure portée. Oups nous avons oublié la sangle ! Bon on va bien serrer le cadenas ça devrait suffire. Nous prenons soin de ne pas le mettre en plein passage des piétons qui remplissent la carte SD !

Maintenant direction le lac par le chemin des gros rochers qui nous évite de redescendre pour remonter ; c’est amusant ! Au lac nous pique-niquons et cherchons à attraper des libellules. C’est un succès !! Selon la légende il y aurait encore beaucoup de pièces au fond de l’eau mais nous n’allons pas tenter. Nous préférons partir pour rentrer par le chemin qui nous fait faire tout le tour du cirque. Sur ce chemin type route nous rencontrons des bergers avec leurs chèvres et vaches ; nous nous approchons, c’est un bon moment d’échange. Sur le côté de cette route un cours d’eau coule par endroit plus ou moins. Nous trouvons une salamandre séchée.

En arrivant au katun nous nous rendons compte que le chien qui d’habitude est attaché à sa niche vient juste de s’en échapper. Il est comme un fou, chope le filet à papillons et part loin pour jouer avec ! Hugo se précipite vers lui et trouve un subterfuge pour l’en détourner. Sacré moment de jeu !

Nos partenaires

Voir également