Envoyer à un ami

A l'affût de la biodiversité du 12 au 19 juillet 2020

Une semaine d'exploration de la flore et de la faune des montagnes pour servir un suivi scientifique de biodiversité Voir descriptif détaillé

A l'affût de la biodiversité du 12 au 19 juillet 2020

Une semaine d'exploration de la flore et de la faune des montagnes pour servir un suivi scientifique de biodiversité Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

Retrouvez toutes nos observations naturalistes sur la base de données en ligne Observation.org !
Ici la liste des observations
Ici la liste des espèces recensées

Et toutes les photos de la semaines ici.
Vous pouvez les télécharger en vous créant un compte sur le site osi-photos.

Le Journal de Bord

Dimanche 12 juillet 2020

Tout le monde est bien arrivé au centre « Les Choucas » à Chandolin pour l’heure du repas. Nous sommes 42 cette semaine ! Pour la veillée, nous apprenons à nous connaître les uns les autres en jouant à différents jeux tous ensemble : un Lucky Luke d’abord, en un grand cercle tous ensemble pour retenir tous les prénoms, puis le jeu du drap, où des équipes s’affrontent deux par deux à travers un drap ; celui qui trouve le plus vite le prénom de la personne en face a gagné ! A la fin de la soirée on commence à avoir une idée un peu plus claire de tout ce petit monde.

JPEGJPEGJPEG

Lundi 13 juillet 2020

En ce lundi matin, surprise ! Le Haut Conseil des Animateurs a jugé bon, hier soir, de décaler les bivouacs qui devaient avoir lieu en fin de semaine, parce qu’apparemment le temps ne va pas aller en s’arrangeant... Alors ni une ni deux, nous nous apprêtons donc à partir en bivouac dès cet après-midi.

Cette semaine sur le séjour « à l’affût de la biodiversité » nous sommes 5 : Louis, Dorian et Alexis ont rejoint Diego qui était déjà là la semaine dernière sur le séjour Drônes, et Iliane l’éducatrice scientifique.

En début de matinée, avec Rosina, la directrice du centre, nous avons établi et mis en scène les règles de vie que l’on veut tous voir respecter sur le centre. Chacun a aussi pu se fabriquer un petit badge en forme de valise, à placer sur la « Planète OSI » et à déplacer au gré des émotions journalières.

Puis nous préparons donc nos gros sacs pour partir vivre là-haut dans les alpages pendant deux jours. Gros pulls et kilos de nourriture sont de la partie, sans oublier le matériel scientifique nécessaire à toute expédition naturaliste : filets à papillons, jumelles, livres d’identification, petites boîtes, loupes de botanistes, filet fauchoir, piège à papillons de nuit, etc etc.

Sitôt le repas englouti, nous prenons le car postal (jaune et mélodieusement klaxonnant) avec le groupe Astro pour descendre à Saint-Luc. Nous traversons le joli village à pied, pour aller prendre le funiculaire ! Arrivés à Tignousa, au pied de l’Observatoire François-Xavier Bagnoud, nous quittons rapidement « les astros » qui prennent leur temps sur le fameux Sentier des Planètes. Nous on s’installe un peu plus loin, au bord du torrent, pour un premier jeu de découverte de ce qui nous attend dans la montagne... Tout autour de nous, derrière les arbres, les rochers, le banc, sont cachées des fiches composées chacune de 6 images d’espèces végétales ou animales qu’on rencontre souvent par ici. Dès qu’on a trouvé une fiche, il faut mémoriser les espèces présentes, et venir les dire au jury (Iliane) en s’aidant éventuellement d’une fiche où il y a les noms des espèces sous toutes les images. Cela permet à ceux qui sont déjà venus de retrouver les noms de plantes, d’insectes ou d’oiseaux qu’ils ont déjà vus, et aux autres de les rencontrer tranquillement en images avant de les voir en vrai dans la nature.

Il fait beau ; rapidement les papillons nous titillent... Tous à nos filets ! Beaucoup de Moirés papillonnent au dessus du chemin en terre, on en attrape plusieurs pour voir s’ils sont tous de la même espèce en essayant de les identifier. Ce n’est pas une mince affaire !

JPEGJPEGJPEG

Obs de l’après-midi à souligner : Satyrion (Coenonympha gardetta), Moiré lancéolé (Erebia albergana), Grand Collier argenté (Boloria euphrosyne), Merle à plastron (Turdus torquatus)

JPEGJPEGJPEG

Nous arrivons au lieu de bivouac pile à l’heure du rendez-vous : 18h28 pour un rdv à 18h30, la classe ! Mais nos amis astros n’arrivent eux finalement pas avant 19h30. Nous avons eu le temps d’aller ramasser des montagnes de branches mortes de genévrier pour le feu !

JPEGJPEGJPEG

Quand ils arrivent nous installons le campement tous ensemble, puis on commence à préparer le feu. Certains vont se promener dans les environs proches ; on profite des magnifiques lumières du coucher de soleil sur les montagnes et notre lac.
Saucisses piquées sur des longues branches fines et grillées dans les flammes, patates cuites lentement dans les braises... puis bananes fourrées de chocolat fondu et chamallows grillés ! C’est un repas de fête au coeur de la montagne !

JPEGJPEGJPEG

En fin de soirée nous montons sur la colline avec la lunette astronomique. Les Astros nous apprennent à repérer des constellations dans le ciel étoilé, nous montrent à la lunette des objets lointains, très lointains, comme des nébuleuses. Enfin, Jupiter apparaît par-dessus la montagne ; avec la lunette on peut observer ses lunes : Io et Europe surtout, et Ganymède et Callisto.

Avant d’aller dormir, on installe le piège à papillons de nuit sur la même colline, qui (on l’espère) attirera à lui les papillons des environs grâce à sa surprenante lumière bleue.

Mardi 14 juillet 2020

Réveil dans les nuages... La règle (tacite et facultative !) pour les bivouacs en montagne a beau être d’attendre que le soleil vienne réchauffer l’ambiance avant de sortir des sacs de couchage ; ce matin il faut bien qu’on se lève tout de même. Pour nous réconforter, c’est la fête au chocolat chaud ce matin !

Le soleil est timide mais nous fait cependant d’agréables apparitions. Nous partons vers le lac de l’Armina (le vrai, non pas celui du lieu-dit où nous sommes installés), plus haut vers les crêtes. Diego préfère rester courir après les grenouilles au campement où restent les Astros jusqu’à midi, nous partons donc avec Louis, Dorian et Alexis, et Thomas et Blandine se joignent à nous.

En montant, nous commençons à croiser des papillons. Arrivés sur les bords du lac, nous nous lançons dans un inventaire le plus exhaustif possible de la végétation. Au premier abord on a l’impression qu’il n’y a pas grand chose tant la végétation est rase, mais à nous pencher sur chaque petite touffe nous passons finalement un bon moment avec la clé d’identification Flora Helvetica, ce qui nous permet de recenser un joli nombre d’espèces végétales.

JPEGJPEGJPEG

Nous nous emballons tellement sur ces petites plantes que le temps file ! Nous décidons de finir le tour du lac en marchant rapidement pour avoir un aperçu de ce qui nous attend cet après-midi où nous reviendrons continuer l’inventaire.

Nous rentrons donc au campement pour le pique-nique. Les Astros nous quittent, on range le camp, et on cache toutes nos affaires derrière un rocher. Comme ça nous pouvons partir légers, et remontons tous les 5 au-dessus du lac de l’Armina pour explorer notre carré-cible.

Focus sur les obs du jour : les Azurés en repro, les grenouilles de Diego, la primevère hirsute, la petite fougère, les grands corbeaux...

JPEGJPEGJPEG

Nous grimpons de plus en plus en mode chamois sur la pente raide. Il y a certes un paquet de plantes à identifier, mais peu de petites bêtes, ni de papillons : ça manque un peu de soleil.

Soudain, surprise ! On voit les copains des équipes Drônes et Archi arriver à l’endroit de notre bivouac ! Justement, on commençait à trouver que le vent était bien frais là-haut : nous redescendons donc installer le campement du soir avec les nouveaux arrivants.

JPEGJPEGJPEG

Mercredi 15 juillet 2020

De nouveau réveil sous la grisaille, mais au moins les quelques gouttes qui en ont réveillé quelques-uns à l’aube ne sont plus de la partie. On rallume le feu pour réchauffer cette ambiance humide... Mmmh rien ne vaut un bon chocolat chaud pour reprendre du poil de la bête !

JPEGJPEGJPEG

Le camp est levé, nous nous mettons en route pour la descente. Nous ne rentrons pas par le chemin par lequel nous sommes montés : nous prenons le joli Chemin des Cascades.

JPEGJPEGJPEG

Retour aux Choucas pour le repas. Rangement du matériel, douches, sieste.
Pendant l’AES, on prépare des histoires et on confectionne des silhouettes en carton pour mettre en scène des histoires d’ombres. Après le repas, c’est donc une veillée spectacle qui se prépare !

JPEGJPEGJPEG

Jeudi 16 juillet 2020

Après le forum du matin, nous nous retrouvons tous dans le labo (le Laboratoire d’identification Naturaliste Biodiversita : alias LINABIO) pour finir d’identifier les spécimens qu’on a ramenés de nos prospections ou les photos d’espèces inconnues. Notre fameux Staphylin, que Louis avait trouvé au bord du lac de l’Armina, restera un Staphylin « sp. » : la famille des Staphylinidae est en effet bien complexe à déterminer à l’espèce, d’autant plus que nous n’avons pas de documentation à ce sujet dans notre (pourtant bien riche) bibliothèque naturaliste. Nous identifions le Méloé, gros insecte noir aux reflets bleus que Diego avait déniché sous la bâche quand on rangeait le campement au bivouac.
Puis focus sur les chants d’oiseaux...

Après le repas, on part en balade dans la forêt au-dessus du centre. En vue du protocole arbres on s’entraîne à reconnaître tous les arbres qu’on voit, en ayant en tête les critères précis pour ne pas les confondre : Mélèze, Pin cembro, Epicea... Pour l’instant en ce qui concerne les oiseaux on n’entend et ne voit que le Cassenoix moucheté. Mais au détour d’un virage, magique surprise ! Nous nous retrouvons nez à nez avec un chevreuil !

Protocole arbres un peu plus loin... ce n’est pas simple ! Beaucoup de questionnements sont soulevés, qu’on élucidera tranquillement d’ici à demain avant de faire notre vrai transect.

JPEGJPEGJPEG

Et sur le retour l’écureuil qui grignote sa pomme de pin cembro en nous regardant...

JPEGJPEGJPEG

Veillée quizz sur les senssss

JPEGJPEGJPEG

Vendredi 17 juillet 2020

Aujourd’hui nous sommes 7 : Carlos et Ivan ont préféré éviter la grande randonnée au glacier de Moiry que faisait leur équipe Drônes toute la journée, alors ils ont choisi de venir plutôt avec nous.

JPEGJPEGJPEG

Il fait très beau ce matin, nous partons en balade en direction du Moulin. Chacun étant équipé de son filet à papillons, pas un insecte volant ne nous échappe !

JPEGJPEGJPEG

Au Moulin, on se lance dans une série de défis naturalistes, en parallèle de l’identification plus complexe de papillons qu’on n’a encore jamais vus...

JPEGJPEGJPEG
JPEGJPEGJPEG

L’après-midi, nous prenons le télésiège pour monter au Tsapé. C’est là-haut que nous commencerons le transect altitudinal tout au long duquel nous réaliserons le protocole arbres dès que le milieu changera. Le premier arrêt est en plein alpage : il n’y a donc pas du tout d’arbres, ni mêmes d’arbustes. Nous en profitons pour faire un inventaire le plus exhaustif possible de la végétation présente ici, parce que nous n’avons pas souvent l’occasion d’emprunter ce chemin-là.
(...)
JPEGJPEGJPEG

Pâtes carbonara et compote de pomme saupoudrée de spéculoos, puis veillée Ambassadeur ! Les mimeurs s’en donnent à coeur joie !

JPEGJPEGJPEG

Samedi 18 juillet 2020

On part vers le village de Chandolin par la petite route d’en bas. En marchant, on s’organise pour les retransmissions qui auront lieu l’après-midi. A l’orée du village, on arrive au but de notre balade : la minuscule Maison de la Faune d’Anniviers, où sont mis en scène des animaux des Alpes. Il y a différents focus sur l’Aigle Royal, et notamment un petit film retraçant avec des très belles images la vie d’un jeune aiglon depuis sa naissance jusqu’à son premier envol.

Au retour, nous faisons le bilan de cette semaine passée ensemble, discutons de ce qui a plu ou moins plu... à coups de grands pas ou de petits pas ! Visiblement c’est un bilan général bien positif, parce qu’il y a eu tellement de grands pas que nous arrivons en avance au centre pour la première fois de la semaine !

Et puis l’après-midi, c’est les retransmissions où nous présentons ce qu’on a fait pendant la semaine aux autres groupes ! Tout est filmé pour que les parents puissent suivre en direct nos récits...

JPEGJPEGJPEG
JPEGJPEGJPEG

Nos partenaires

Voir également